Employé, secrétaire, chargé d'accueil, secrétaire administratif, assistant de direction, assistant juridique, assistant de ressources humaines ou office manager, vous avez certainement de grands projets pour vos vacances avec votre famille.

Vous aimeriez certainement visiter des contrées exotiques afin de relâcher la pression ardue de l'année.

Vous faites votre budget et vous êtes tout le temps en train de raboter à gauche et à droite pour essayer d'économiser quelques centimes d'euros. Vous allez visiter constamment les comparateurs pour essayer de trouver les prix qui peuvent équilibrer ce budget.

Les minimes revalorisations salariales que vous avez obtenu à la fin de l'année à la suite de vos performances ne vous sont d'aucune aide.

Et si je vous disais que vous pouvez boucler simplement ce budget, et même ne pas faire de budget du tout, grâce à Internet ?

Cela paraît surréaliste ? Certainement pas et vous le verrez dans ce billet.

Et vous verrez aussi dans ce billet que cela est beaucoup plus facile que vous le pensez.

La confusion pour tous ceux qui veulent gagner de l'argent en ligne vient de deux sources :

  • le trop plein d'informations : vous n'avez qu'à faire une recherche à Google et vous allez vous retrouver avec des milliers de pages où chacun vous explique comment gagner l'argent en ligne. Tout le monde sait que le meilleur moyen de freiner l'action d'une personne est de présenter une centaine d'options.
  • le trop plein de charlatans : on en trouve plein sur le web qui ne vous montre pas comment gagner de l'argent mais vous présente des images "photoshopées" pour démontrer qu'ils ont gagné 10 000 euros en un jour. Le temps de lire l'article et vous êtes amené vers un "produit" qui vous permettra de gagner aussi 10 000 euros. Sauf qu'il est le seul à gagner de l'argent des années et des années.

Vous posez sûrement la question de ma place dans cet échiquier.

Et bien, pour ceux qui visitent ce site web pour la première fois, je suis Duverger PETGA, auteur du livre "TOUT à GAGNER, RIEN à PERDRE" et CEO de PETGA Consulting. Je suis employé comme vous (vous pouvez vérifier à LinkedIn) et Web Entrepreneur /Consultant à mes heures libres. J'ai permis à de nombreux employés et indépendants de lancer leur business en ligne, à travers PODIA et KAJABI.

Si j'ai créé ce blog, c'est parce que je suis convaincu qu'il est plus facile d'entreprendre en ligne quand on est employé... Je l'ai démontré largement dans mon premier article intitulé : "Qui est proentrepreneur ?". L’assurance de revenus stables et réguliers nous offre le matelas de sécurité pour s’essayer à d’autres activités et prendre des risques mesurés.

Je vais donc vous montrer comment vous pouvez gagner 100 000 euros en un an, soit 8 334 euros chaque mois en moyenne, tout en conservant votre emploi. C'est une méthode éprouvée. Cela ne se discute pas et je l'ai largement détaillé dans mon livre "TOUT à GAGNER, RIEN à PERDRE" et dans plusieurs publications de ce site.

Je vais donc vous présenter les six (6) étapes pour gagner vos 8 334 euros par mois mais avant, je dois clarifier plusieurs questions que je rencontre avec d'autres employés comme vous...

Je suis secrétaire, qu'est ce que je peux bien vendre sur Internet ?

Si quelqu’un vous verse un salaire à la fin du mois, alors vous pouvez créer et vendre un produit. Oui, c’est vrai. Si une personne vous paie toutes les heures pour faire ce que vous faites, vous pouvez absolument créer un produit qui va se vendre.

Une preuve ? Allez à LinkedIn Learning...

Ce sont des professionnels comme vous et moi qui conçoivent ces contenus et les mettent à la disposition de LinkedIn Learning qui leur reverse une infirme, très infirme part de ce qu'il engrange à travers la souscription de ceux qui sont intéressés par une formation...

C'est pour cela que je vous dis que vous pouvez créer le même contenu, et bien plus meilleur que ces contenus, et les mettre en vente sur votre site web (c'est ce que nous allons voir à la suite).

Cela est vrai pour les personnes ayant un emploi à temps plein, les travailleurs indépendants (freelance) et même les consultants.

Lorsque vous êtes payé pour faire quelque chose, il y a trois marchés que vous pouvez cibler pour vos produits :

  • Les personnes qui font ce que vous faîtes,
  • Les personnes qui veulent être comme vous et faire ce que vous faîtes
  • Et les personnes qui ont besoin de vos services mais ne peuvent pas, beaucoup plus par manque de ressources financières.

Par exemple, si vous êtes secrétaire dans une entreprise, et que vous devez écrire un livre ou concevoir un cours dans ce domaine général ou dans un domaine plus précis comme la gestion des plannings, qui peut en premier être intéressé par ce contenu ? Eh bien :

  • En premier vos collègues secrétaires, ceux de la profession,
  • En second les apprentis secrétaires et tous les élèves et étudiants en secrétariat,
  • Et en dernier lieu, toutes les personnes physiques qui ont besoin des services couverts par un secrétariat  mais n’ont pas la capacité financière d’engager une secrétaire pour les accompagner (pensez aux entrepreneurs ou à ceux qui viennent de créer leur entreprise et qui n'ont pas les moyens d'embaucher à l'instant).

Vous n'êtes pas obligé de vous cantonner à votre expérience professionnelle. Vous pouvez puiser dans une passion qui vous anime depuis des années... Si par exemple, vous êtes passionné de Yoga, et un bon Yogi, vous avez aussi la possibilité de couvrir ces trois marchés :

  • En premier d’autres Yogis, ceux qui pratiquent déjà le Yoga,
  • En second, tous ceux qui veulent pratiquer le Yoga comme VOUS, qui veulent faire CE QUE VOUS FAITES,
  • Et enfin, ceux qui veulent « perdre du poids », « avoir des plaquettes au ventre », avoir un corps plus flexible, plus souple, etc.

Vous pouvez prendre le temps de concevoir un petit guide en vente sur votre site web, ou même proposer un livre à Amazon. Comme je le répète sans cesse, vous avez tout à gagner, rien à perdre. Oui, rien à perdre car je sais que la question qui suit aussi de la part de nombre d'employés est celle de savoir combien cela va les coûter...

Combien cela va me coûter ?

Vous n’avez pas besoin de moyens importants pour vous lancer. C’est ça qui est intéressant.

Pas besoin de bureau,

Pas besoin de stock,

Pas besoin d’employés,

Pas besoin de sommes importantes,

Pas besoin d’enregistrement ou de création d’une S.A., SARL ou autres.

Tout ce qu’il vous faut, c’est une idée et beaucoup plus l’action. Car bien que plusieurs employés soient conscients du potentiel qu’offre Internet, ils ont vite fait de sombrer et devenir ce que Noah Kagan appellent les « Wantrepreneurs », ceux qui ont de magnifiques idées mais remettent toujours à demain l’exécution de ces idées, l’action.

Celui qui publie son livre ou roman sur Amazon n’a dépensé que le temps consacré à l’écriture et à l’édition… La publication du livre sur Amazon ne vous prend même pas un sou et surtout, le livre ou roman est disponible à la vente juste 24h après sa mise en ligne.

J'ai publié un guide complet sur comment éditer et publier votre livre à Amazon KDP (Kindle Direct Publishing). C'est absolument GRATUIT pour publier un livre à Amazon KDP. Vous voulez une preuve ? Voilà ma boutique :

Et voilà la page d'un des livres mis en vente à Amazon, au même titre que les autres livres disponibles proposés par de gros éditeurs...

C'est pour vous montrer que C'EST POSSIBLE et GRATUIT. Si vous voulez publier un livre ou un guide à Amazon, allez lire justement le guide gratuit disponible dans ce blog ICI.

Il y a d'autres questions que les employés se posent et j'ai eu l'occasion de les recenser avec des réponses solides dans l'article "Peut-on ENTREPRENDRE SUR LE WEB tout en étant EMPLOYÉ ?"

Maintenant que tout est clair dans votre tête, abordons les choses à fond.

Qu'est ce qu'il vous faut pour gagner 8 334 euros en ligne par mois tout en étant secrétaire ou assistante de direction ?

Juste traverser ces six (6) étapes....

ETAPE 1 : UNE CIBLE

J’ai balayé quelques livres numériques de ma bibliothèque et j’ai extrait une partie que nous traversons le plus souvent lors de la lecture mais qui est très utile… la partie « A qui s’adresse ce livre ? ».

Nombre d’auteurs sérieux prennent la peine de préciser le profil du lecteur type attendu pour le livre. Parfois ce profil est établi sur une base socioprofessionnelle, genre ce livre est destiné aux comptables, fiscalistes, analystes financiers, ...etc.

Parfois le profil porte sur un parcours ou niveau de compétence avec un découpage “débutant - confirmé - expert”...et lorsque l’auteur est généreux, il vous renvoie à d’autres ouvrages qui abordent chaque niveau. S’il estime que son livre est au niveau confirmé, il peut vous présenter d’autres livres ou son propre livre qui aborde d’autres niveaux.

Si vous avez une bibliothèque personnelle, prenez la peine de balayer les livres qui font du profilage d’audience et observez comment le livre est structuré. Il n’y a rien d’anodin.

Si vous voulez réussir, si vous voulez vendre votre produit, avoir une file d’attente pour ce produit et des commentaires élogieux, vous devez absolument définir votre audience, votre public cible.

Une preuve ?

Si vous étiez secrétaire de direction et que vous vouliez un cours sur Ms WORD, quel cours choisirait vous entre ces deux ?

Il est clair que votre choix se porterai sur le premier.

Avec la concurrence ardue qu'il y a sur Internet et le trop plein d'informations, soyez clair dès le départ sur votre cible.

Si je propose comme produit un livre ou un cours, je dois absolumment répondre aux questions suivantes :

A QUI MON LIVRE EST-IL DESTINÉ ?

A QUI CE COURS EST-IL DESTINÉ ?

QU’ATTENDENT-ILS DE CE COURS, DE CE LIVRE ?

En effet, votre livre, votre cours ne sont que des supports pour un contenu sur lequel votre cible a porté une ATTENTE. Et vous faites la PROMESSE que cette attente sera COMBLÉE. C’est une promesse car ce potentiel client n’a aucune possibilité de consommer le produit et régler après. Il doit d’abord payer avant d’être servi.Vous ne pouvez pas combler ceux qui n’attendent rien de vous. Vous ne pouvez pas donner de l’eau à ceux qui n’ont pas soif.

VOTRE OBJECTIF EST DE BIEN DÉFINIR CEUX QUI ONT SOIF DE VOTRE EXPERTISE, DE VOTRE EXPÉRIENCE, DE VOS CONNAISSANCES.

Ils n’ont pas soif de vos connaissances pour avoir des connaissances. Ils sont à un point A et veulent atteindre un point B. Si vous faites un cours d’EXCEL pour commerciaux, les commerciaux qui vont débourser les sous pour suivre ce cours ne sont pas seulement intéressés par votre immense savoir sur EXCEL ou vos états de service. Votre connaissance rassure mais en fin de compte, s’il ne sent pas transformé par votre cours, s’il ne voit pas une amélioration dans son utilisation d’EXCEL, vous serez vu comme un usurpateur.

Lorsque j’ai écrit mon livre "TOUT A GAGNER, RIEN A PERDRE" ou conçu mon cours REVENU+, je suis parti sur la base d’un employé qui a une expertise, une connaissance technique ou une expérience poussée sur un domaine précis et qui souhaite proposer un livre, un guide ou un cours en ligne sur sa spécialité sans passer par les fourches caudines d’une maison d’édition où il a de fortes chances de subir un rejet s’il n’a pas un “nom”, ou d’un organisme de formation pour ce qui est des cours où il se contentera d’un versement mensuel dix fois inférieur au montant reçu par l’organisme.

Une chose importante : il peut arriver que votre offre ait plusieurs cibles. Plusieurs proentrepreneurs m’ont remonté les questions à propos en me rappelant que mes termes “audience”, “cible” leur semblaient être des mots valise où je pouvais tout ranger. Qu’on pouvait avoir plusieurs cibles. Et moi j’ai toujours répondu clairement et fermement :

COMMENCEZ AVEC UNE SEULE ET UNE SEULE CIBLE.

Commencez par une seule cible, un seul produit, un seul site web.

Une fois cette trajectoire réussie, vous pourriez élargir votre offre fort de toute l’expérience acquise avec la seule cible, le seul produit, le seul site web. Même Amazon, mastodonte du e-commerce actuel, n’a commencé qu’avec un seul produit (les livres) desservi sur une seule zone géographique, les Etats-Unis. Et même là, ce n’était pas “tout” les Etats-Unis. Je conseille à tout proentrepreneur de commencer par un livre.

Autre avantage : quand vous calibrez bien votre audience, quand vous identifiez bien, vous savez où aller les chercher.

Sur Facebook par exemple, plusieurs fiancés s’empressent de mettre “En Couple” sur leur statut. Si vous êtes un conseiller matrimonial et vous écrivez un livre sur le mariage, vous pouvez vous en servir pour affiner vos annonces lors de publicités sur Facebook.

Le ciblage publicitaire à Facebook où vous pouvez filtrer les personnes suivant leur “situation amoureuse”. 

Pour finir, retenez ceci :

UN PRODUIT MOYEN ADRESSE A LA BONNE AUDIENCE VA SE VENDRE PLUS QU’UN PRODUIT EXCELLENT ADRESSE A LA MAUVAISE AUDIENCE.

ETAPE 2 : UN PRODUIT

Je l'ai dit plus haut, si quelqu’un vous verse un salaire à la fin du mois, alors vous pouvez créer et vendre un produit. Pour rappel, j'ai dit que lorsque vous êtes payé pour faire quelque chose, il y a trois marchés que vous pouvez cibler pour vos produits :

  • Les personnes qui font ce que vous faîtes,
  • Les personnes qui veulent être comme vous et faire ce que vous faîtes,
  • Et les personnes qui ont besoin de vos services mais ne peuvent pas le faire, beaucoup plus par manque de ressources financières.

Faites juste un inventaire de vos connaissances, de vos savoirs et surtout des champs, des domaines sur lesquels vous êtes le plus sollicité. Si vous êtes très sollicité pour vos connaissances sur Ms EXCEL, alors il est fort probable que vous ayez une façon spéciale de présenter ou d’approcher la difficulté qui plaît bien à ceux qui vous sollicitent. Pourquoi faire bénéficier ce savoir uniquement à ceux qui vous connaissent ? à un cercle restreint de personnes qui savent que vous savez ?

Si vous avez une passion qui vous dévore, comme le Yoga, la randonnée en montagne, le ski, le tir à l’arc et que vous avez consacré des dizaines d’années pour avoir la maîtrise des fondamentaux, pourquoi ne pas partager votre parcours avec ceux qui, peut-être en sont à leur début et, sont naturellement à la recherche d’un mentor, d’un coach pour leur accompagner et leur éviter bien des difficultés ?

Si vous avez une expérience avérée sur un domaine, cela ne devrait pas vous poser de problèmes pour savoir exactement ce que vous pouvez faire pour profiter de cette opportunité que nous offre Internet.

Moi je conseille fermement aux proentrepreneurs de commencer par deux produits : le livre et le cours.

Le livre est le produit d’entrée du proentrepreneur. C’est le produit par excellence pour se faire connaître, gagner en notoriété mais aussi personnellement en expérience. Si vous ne savez pas où commencer, consulter gratuitement "Le GUIDE "PROENTREPRENEUR" pour écrire et publier VOTRE LIVRE à AMAZON KDP".

Le cours est le produit par excellence du proentrepreneur. C’est là où vous gagnez de l’argent. Comme je l’explique dans le cours REVENU+, il est plus facile de convaincre une personne qui a acheté et apprécié votre livre qu’une personne qui n’a jamais entendu parler de vous. C’est pour cela que le livre, produit d’entrée, doit avoir un prix accessible afin qu’il puisse établir votre expertise aux yeux de ceux qui vous donnent une chance en l’achetant, une chance de leur convaincre. C’est cela la mission du livre. Le cours par contre est là pour vous donner un peu de tonus financier. Si vous ne savez pas où commencer, consulter gratuitement "Le GUIDE Ultime pour CRÉER et VENDRE un COURS en ligne".

Prenons le cas d'un ami commun, que j'appelle Vincent, professionnel de l'organisation des mariages depuis vingt (20) ans. Supposons qu'il propose deux produits :

  • Un livre dont le titre est “Guide d’organisation d’un mariage éblouissant” qu’il vend à 19 euros,
  • et un cours vidéo intitulé “ TOUT ce que vous avez besoin pour organiser votre mariage de rêves” qu’il propose à 149 euros.

Si, sur une année, il parvient à écouler 1 800 exemplaires de son guide et, en ayant obtenu par la vente les adresses mails de ces 1 800 clients, il leur annonce son nouveau cours vidéo.

Parmi les lecteurs du guide, supposons que le cinquième (20%) passe au cours vidéo, soit 360 clients pour le cours vidéo. Quelle somme va empocher notre ami Vincent : (1800 x 19 euros) + (360 x 149 euros) = 87 840 euros.

OK, même en retenant les frais bancaires à 5%, cela fait à Vincent près 83 500 euros en un an. Si chaque mois, vous avez la possibilité d’avoir près de 7 000 euros net dans votre compte, est-ce que ce ne serait pas profitable pour vous en plus de votre job ?

Pour atteindre cet objectif, vous devez juste vendre 35 exemplaires de votre livre chaque semaine...

Sans compter qu’une fois le cours établi et disponible à la vente, cela fonctionne en mode quasi-automatique. A part quelques petites maintenances du site et des mises à jour, tout fonctionne sans plus vous demander le même effort des débuts.

ETAPE 3 : UN SITE WEB

La première fois que j’ai insisté auprès d’un groupe de proentrepreneurs sur la nécessité d’avoir leur propre plateforme, même pour vendre leur livre, certains ont objecté qu’ils voyaient nombre de proentrepreneurs vendre leur livre par exemple sur Amazon, ou faire publier leur livre par un éditeur. Cela m’a fait sourire.

Amazon est une boutique en ligne qui a une notoriété, une image solide. Tous ceux qui visitent ce site sont rassurés quand ils ajoutent leurs cartes de crédit pour un paiement. C’est le site de commerce le plus visité pour le moment.

Les proentrepreneurs qui mettent leur livre en vente le font d’abord parce que c’est GRATUIT et RAPIDE. En moins de 24h, votre livre est disponible à toute personne visitant Amazon.

Mais ce n’est pas cela l’objectif principal du proentrepreneur puisque le livre vendu, vous allez partager les revenus avec Amazon qui se taille toujours la part du lion. Et il vous paie en différé, après une certaine période et à partir d’un seuil. Lorsqu’un proentrepreneur vend son livre par le canal d’Amazon, il ne pense pas à gagner directement l’argent par ce canal.

De ce que j’ai comme informations, ces proentrepreneurs, en mettant leur livre sur Amazon, visent :

  • À acquérir la notoriété : lorsque vos ventes explosent, vous avez de la lumière et conséquemment, vous acquérez le statut d’expertise sur le domaine. A partir de là, vous pouvez utiliser cet actif qu’est l’image d’expertise pour lancer votre carrière de consultant ou coaching. Et même proposer d’autres services. Ce qui nous amène au deuxième point.
  • À acquérir de l’audience pour d’autres produits : lorsque les ventes explosent, si vous avez été assez intelligent pour inclure subtilement les références vers d’autres produits que vous proposez, vous avez un excellent pool de potentiels clients pour ces produits. Ils ont acheté le livre donc ils sont intéressés. S’ils apprécient le livre, ils apprécient votre démarche, votre approche. Ils vous apprécient. C’est un capital important sur lequel vous pouvez surfer pour justement les amener vers votre plateforme personnelle afin de leur proposer les produits qui vont vous permettre d’avoir vos revenus sans partage.

Si votre objectif est d’obtenir un revenu complémentaire conséquent, d’obtenir entièrement le fruit de votre travail, les plateformes comme Amazon ne sont pas faites pour vous. D’ailleurs, Amazon par exemple se taille la part du lion parce qu’elle vous vend la visibilité, un canal, une voie pour proposer votre produit à tous ceux qui visitent le site.

De plus, avec Amazon ou un autre site de vente, vous n’avez pas de COMMUNICATION DIRECTE avec CEUX QUI SONT INTÉRESSÉS par vos travaux. C’est une relation marchande.

Avec votre site web, vous êtes en contact avec ces personnes qui commentent vos travaux, vous proposent leurs réflexions, adressent des critiques qui vous aident à grandir plus. Et surtout, ces échanges valent mieux que n’importe quelle étude de marché : vous saisissez mieux le visage de votre audience, de votre cible. Vous savez quel est le profil de ceux qui s’intéressent à vos produits. Vous dépassez les hypothèses de départ faites sur votre audience. Vous savez ce dont ils ont besoin et attendent de vous.

De façon générale, lorsque vous avez un produit et que vous voulez l’amener sur le marché, vous avez deux types de canaux :

  1. Les canaux directs : c’est votre force de vente, votre site web, ou votre propre boutique.
  2. Les canaux indirects : c’est la distribution du produit par des partenaires. Il concerne les ventes dans les boutiques des partenaires et l’appui d’un grossiste ou d’un intermédiaire.

Par exemple, pour le dernier iPhone, vous pouvez l’acheter par l’Apple Store, un canal direct qu’Apple contrôle. Mais vous pouvez aussi l’acheter à Amazon, eBay ou dans un magasin pas loin de votre lieu d’habitation. Là, ce sont des canaux indirects pour Apple.

Le choix de canaux indirects vous permet d’avoir accès à plus de potentiels clients mais réduit vos marges tandis qu’avec les canaux directs, vous avez comparativement accès à moins de clients mais plus de marges.

Pour le proentrepreneur soucieux de disposer d’un revenu complémentaire conséquent, sans se soumettre aux “conditions générales d’utilisation” de ces canaux indirects qui peuvent changer du jour au lendemain, vous devez avoir votre propre site web.

Si vous voulez mettre votre business en ligne en UNE HEURE :

ETAPE 4 : LE TRAFIC

C'est quoi le trafic ?

Je vais illustrer ce concept avec le cas d'une personne qui souhaite se lancer, entreprendre sur le web et gagner de l'argent. Appelons cette personne Vincent.

Vincent travaille dans une agence événementielle et s’occupe principalement de l’organisation des mariages depuis vingt (20) ans. Vincent organise de jolis mariages dans tout Paris pour le compte de l’agence. Il est bien connu de là et peut être même plus loin. Vincent décide donc qu'il lui faut gagner de l'argent sur Internet en rédigeant un guide sur l'organisation de mariages, et pourquoi pas, fort de son expérience, proposer aussi un cours vidéo en ligne sur le même thème.

Mais une fois qu’il crée son site web et met en vente son guide d’organisation de mariages et son cours, n’importe quelle personne située à n’importe quel endroit du monde peut accéder ce site web, ce guide, ce cours

Une personne située au Québec, à Toulouse ou Nice, au Luxembourg, à Tokyo et même à Washington peut donc accéder au site web de Vincent, et donc à son guide et son cours.

L’objectif de Vincent est clair : avoir plus d’acheteurs pour son guide et son cours….

De prime abord, Vincent se dit que s’il a des visiteurs, forcément ils verront son livre, son cours.

Une question se pose…

Lorsque vous créez votre site web, il n’y a que vous qui connaissez l’adresse…

Si Vincent crée son site web qu’il appelle mariagedereves.fr, il est le seul à connaitre cette adresse…

Bon, soyons gentil. Lui, ses proches, ses collègues et d’autres personnes qui l’ont appris par le bouche à oreille…

Où Vincent va-t-il trouver des visiteurs pour son site web ?

En réalité, il ne peut pas aller distribuer des tracts dans la rue pour annoncer l’ouverture de son site web sur le thème du mariage, il ne peut pas faire de pubs à la télé, insérer des encarts publicitaires dans les journaux…etc.

Le seul moyen pour Vincent est d’espérer qu’une personne fasse :

  • Une recherche à Google sur le thème du mariage et accède à son site web…
  • Qu’une page de son site web ou une publication soit partagée dans les réseaux sociaux pour étendre la diffusion auprès de nombreuses personnes,

Sachez que sur Internet, les moteurs de recherche et les réseaux sociaux sont les principaux viviers d’acquisition de visiteurs.

Une bonne partie des visiteurs de votre site web viendront des moteurs de recherche et des réseaux sociaux…

A partir de là, vous devez non pas espérer mais aller vous battre pour récupérer des visiteurs car vous n’êtes le seul à les convoiter…

Vincent n’est pas le seul sur le web à convoiter les visiteurs qui s’intéressent au thème du mariage… Il y a des milliers de sites qui veulent aussi ces visiteurs.

Si je veux avoir une idée sur l’actualité internationale de la journée, je peux aller sur le site de RFI ou France 24. Ou même télécharger leur application sur mon Smartphone pour être à jour. Si je veux plutôt l’actualité régionale et que je n’ai aucune idée d’une radio ou d’une chaîne TV qui couvre cette région en termes d’actualités, je n’ai qu’un seul recours : un moteur de recherche, le plus souvent Google qui actuellement domine l’espace des moteurs de recherche. Je peux aussi poser des questions sur les réseaux sociaux ou faire une recherche s’il existe un groupe Facebook par exemple, qui est spécialisée sur ce que je recherche.

Dans le jargon des proentrepreneurs, on dit que vous devez drainer du trafic vers votre site web… c’est-à-dire attirer des visiteurs vers votre site web…

Et je l'explique bien dans mon livre "TOUT A GAGNER, RIEN A PERDRE", vous pouvez obtenir gratuitement du trafic en publiant régulièrement du contenu dans votre site web, ou encore payer pour avoir ce trafic à travers les régies publicitaires de Google ou Facebook.

Lire aussi les articles suivants pour en savoir plus :

Si vous vous battez et des visiteurs arrivent sur votre site web et repartent sans acquérir votre livre ou votre cours, c’est que votre stratégie est semblable à une personne qui recueille l’eau avec un panier percé….

Votre objectif est de convertir le plus de visiteurs qui arrivent sur le site en clients…qu’ils achètent soit votre cours, soit votre livre, ou les deux.

ETAPE 5 : LA CONVERSION

Pour comprendre la conversion, je vais avoir recours à une situation personnelle vécue dans mes débuts d'employé entrepreneur du web.

Dans un monde parfait, avec un site internet créé et un produit disponible à la vente, vous devez vous retrouver après quelques temps avec des ventes régulières et croissantes...

Mais la réalité est tout autre

Pourquoi les achats ne suivent pas alors qu’on enregistre quelques visites sur le site depuis son lancement ?

Plus de 3100 visites sur le blog mais AUCUNE VENTE.

POURQUOI CELA NE MARCHE PAS ?

Parce qu’on pense que l’achat doit se faire au premier contact. On passe tellement de temps rivé sur notre produit, accroché à notre sacrifice et convaincu de la valeur de ce qu’on propose qu’on oublie que cet enthousiasme n’est pas contagieux.

L’achat se fait rarement au premier contact…

Il y a toujours des questions, des doutes, des interrogations et même des inquiétudes qui empêchent un visiteur même intéressé de passer à l’achat…Et c’est tout à fait normal.

Si vous créez votre produit, il est normal qu’il doute car il ne vous connait pas.

Il est normal qu’il doute de votre produit car il ne sait pas si cela peut apporter une solution à ses problèmes. De plus, avec la fraude accrue sur Internet, vous attendez qu’il vous donne les numéros de sa carte bancaire ? Il est plus à l’aise à faire ses achats sur le site d’Amazon mais le vôtre…

Comprendre la série d'étapes empruntées par un potentiel client pour procéder à un achat est ce qui manque le plus à nombre de web entrepreneurs.

En règle générale, le potentiel client dans le cadre d’un processus d’achat :

  • Identifie un problème, “j’ai besoin d'un bon whisky pour fêter mon premier emploi avec mes potes”.
  • Recherche l’information, “allons sur Google faire la recherche pour un bon whisky, je peux aussi laisser un message sur ma page Facebook. Une connaissance peut m’aider. Demandons aussi à quelques amis
  • Évalue les solutions, “Houlala, Mon ami Paul m’a recommandé ce qu’il a utilisé. Et sur Facebook, j’ai 2 recommandations. Sans compter le site d’experts en whisky où Google m’a dirigé, qui me propose 3 marques de whisky au choix. Mon budget est 100 euros. Ça élimine 3 des 6. Il me reste 2 écossaises et une japonaise. Je vais parcourir les commentaires des clients sur la page produit de ces whiskies”.
  • Prend la décision d’achat, “Difficile de départager à partir des commentaires. Voyons les délais de livraison...pareil. Je vais opter pour quelque chose d’exotique...je vais prendre la japonaise.”
  • Évalue après l’achat. “C’était du bon. Mes potes ont apprécié. Je pense que je vais inaugurer ma cave avec ce whisky.”

Cela ne veut pas dire qu’à chaque achat, le client suit toutes ces étapes. Si c’est un produit que le client consomme régulièrement et qu’il est satisfait des résultats, il peut passer directement de l’identification du problème à l’achat.

Comprendre  consiste donc à simuler ce processus…pour anticiper tous les freins qui peuvent bloquer l’achat de votre produit.

Tant que vous n’aurez pas un nom, ou si vous voulez une notoriété, vous serez obligé d’anticiper.

COMMENT ON Y ARRIVE ?

Je vais prendre un exemple extrait de mon livre "TOUT à GAGNER, RIEN à PERDRE". Supposons que vous ayez un ami qui s'appelle Vincent et qui souhaite proposer un guide sur l'organisation de mariages, activité qu'il pratique depuis 20 ans.

Voilà une série de questions que peuvent se poser de potentiels clients :

Et voilà le résultat de la simulation faite pour contourner ces freins :

Cela veut dire que Vincent, à travers chaque page, chaque paragraphe de son site web, répond à une interrogation, un doute ou une inquiétude du potentiel client.

Si le visiteur se demande de quoi parle son guide d’organisation du mariage ou pense que c’est un guide comme les autres, Vincent propose en libre téléchargement la table des matières et deux chapitres. Là, le visiteur peut apprécier et ainsi l’intérêt pour le guide peut naître. Ce qui peut faciliter la conversion du visiteur en client.

Il peut à la suite de cet intérêt chercher à savoir qui a rédigé ce guide ou rentrer en contact avec l’auteur. Vincent, en créant son blog, a prévu deux pages : une page “A Propos” où il détaille son parcours et ses expériences (un CV déguisé) et une page “Contact” où le visiteur peut le contacter par mail, téléphone ou le suivre sur les réseaux sociaux.

Vous aussi, faites un tour sur Internet, allez visiter les principaux sites d'e-commerce et faites cette simulation pour savoir comment chaque site web est conçu pour répondre à une de vos interrogations, doutes ou peurs.

Pour être mieux inspiré, je vous conseille d'aller vers des sites récents, le site des marques qui ont beaucoup à prouver, pas les sites des cadors comme Amazon ou Cdiscount qui n'ont plus rien à prouver, quoique la concurrence les pousse à toujours innover pour avoir une longueur d'avance.

Voyez ce que vous pouvez piquer comme inspiration pour votre business en ligne car ces grosses machines ont la crème de la crème en terme d'expertise. Ce n'est qu'à travers cette démarche d'expérimentation que vous pourrez rester au top 1% des web entrepreneurs à succès.

ETAPE 6 : LA MONÉTISATION

Un client qui a acquis votre livre est plus susceptible d’acquérir votre cours qu’un client qui n’a jamais entendu parler de vous. De même, un client qui a souscrit à votre cours est plus susceptible de vous prendre ou de vous conseiller comme consultant ou coach qu’une personne qui n’a jamais entendu parler de vous. En clair, l’effort est comparativement réduit pour convaincre un client d’un de vos produits. C’est pour cela que vous devez penser à avoir plus de revenus sur chaque client…C’est cela la monétisation.

Dit ainsi, cela peut dénoter une coloration négative aux yeux de certains, comme s’il s’agissait de presser le client comme du citron pour extraire tout son argent. Il ne s’agit pas de cela et je vais l’illustrer par un exemple.

Adrien, un ami de Vincent, après avoir observé le succès du guide d’organisation des mariages, décide à son tour de se lancer. Comptable depuis vingt (20) ans et utilisateur de Microsoft EXCEL à ses premières heures, l’analyse des données comptables n’a plus de secret pour lui. C’est une seconde nature pour lui. Une fois les données comptables importées du logiciel de comptabilité (SAGE), il a conçu un classeur bourré de macros qui présente les informations et les indicateurs adaptés à l’activité de l’entreprise qui l’emploie.

Sous le coaching de Vincent, il décide de concevoir un cours sur EXCEL. Il hésite à donner un titre puisque deux titres trottent dans sa tête : “EXCEL pour COMPTABLES” ou “ANALYSER LES DONNÉES COMPTABLES avec EXCEL”. Il se résout à arrêter un titre pour plus tard, l’important étant de définir le contenu de son cours. Après une séance de réflexion, de brainstorming sur le contenu du cours, il constate qu’il faut maîtriser la création de macros pour une analyse poussée des données. Ce qui n’est pas à la portée du premier venu sur EXCEL. Son audience étant des comptables qui, pour la plupart, se contentent plus de maîtriser un logiciel de comptabilité qu’autre chose, Adrien décide d’éclater le parcours de formation en trois (3) niveaux :

  • Niveau débutant,
  • Niveau intermédiaire,
  • Niveau avancé.

Dans ce cas, Adrien a trois (3) produits et s’il a un client pour le niveau débutant, il a plus de possibilités de monétisation pour les niveaux intermédiaire et avancé.

S’il a un client pour le niveau intermédiaire, il a encore un niveau de monétisation, le niveau avancé.

De plus, à la suite du succès de son parcours, Adrien peut créer un autre niveau pour les clients du niveau avancé : niveau expert où il aborde la programmation en VBA (Visual Basic for Applications) pour EXCEL.

Vous voyez donc à travers cet exemple qu’il n’y a rien de prédateur dans la monétisation de sa base clientèle. L’important est d’avoir une vision du parcours de votre cible. Tout le monde peut ne pas être intéressé par ce parcours. En fonction de l’activité de leurs entreprises respectives, certains clients d’Adrien vont se limiter au niveau débutant ou intermédiaire. D’autres par curiosité, culture, efficacité professionnelle ou défi personnel vont enjamber les niveaux suivants.

Si vous avez déjà fait un achat à Amazon, vous verrez cette stratégie déployée à merveille. Dès que vous voulez vous procurer un smartphone, on vous propose un protège-écran, un étui de protection...etc.

Amazon ici vous propose un produit complémentaire dont le prix est très faible. Ainsi, Amazon a plus de revenus sur chacun de vos achats.

Si vous êtes attentif à la lecture de cet article, vous verrez que le cours est un moyen pour monétiser l'audience de votre livre.

Ce n'est qu'à travers ces 6 étapes que vous pouvez passer de 0 à 100 000 euros en 12 mois. C'est la méthode la plus sûre et éprouvée.

Si vous êtes en panne d'inspiration, allez à Google et tapez une série de mots clés comme "comptable", "comptabilité", "bilan" et autres. Ouvrez les sites qui apparaissent en premier, de préférence les trois premiers, et observez le contenu du site web, essayer de visualiser la cible principale de ce site, quels produits ils proposent pour gagner de l'argent, comment le contenu est organisé.

Si vous êtes plus avancé, servez vous d'un outil comme Similarweb pour une bonne analyse...

CONCLUSION

Tout le monde connait Harry Potter, la série littéraire écrite par J.K. Rowling qui comprend sept (07) romans dont les ventes cumulées sont estimées à près de 420 millions d’exemplaires. Cette série a fait l’objet d’une adaptation au cinéma avec 8 films sortis qui ont rapporté plus de 8 milliards de US dollars ; non sans compter de nombreux produits dérivés comme des parcs d’attraction, des jeux vidéo, jeux de société, ...etc. On a vite fait de titrer que J.K. Rowling est la première écrivaine milliardaire.

Ce qu’on oublie de préciser, c’est que le premier roman de la série a été publié en 1997. Et avant 1997, J.K. Rowling avait une vie, elle n’était pas la romancière tant vantée et connue. De 1986 à 1990, elle travaille comme secrétaire bilingue au service de recherche d’Amnesty International, avant de chuter à la Chambre de Commerce de Manchester.  Licenciée la même année, elle reprend du service avec un poste de professeur d’Anglais à Porto au Portugal.

L’écriture de Harry Potter commence dès 1990. Donc, tout en occupant son poste, elle mettait son temps libre au service de ce projet qu’elle mûrissait bien avant 1990. Le roman est achevé en 1995 et après avoir essuyé de nombreux rejets de la part d’éditeurs (une douzaine), il est finalement publié en 1997. Bien qu’ayant démarré timidement, les ventes suivent très rapidement et le roman finit par remporter des distinctions, entre autres le British Book Awards et le Children’s Book of the Year. Fort de ce succès, J.K. Rowling quitte l’enseignement pour se consacrer à plein temps à l’écriture.

Vous croyez cette trajectoire exceptionnelle ? Il n’en est rien. Cela relève plus de la norme que de l’exception. Faites une recherche sur Internet et vous allez remplir des pages et des pages d’auteurs de livres ou romans à succès ayant commis leur premier roman tout en étant employé. Haruki Murakami ? Gérant de bar. Stephen King? entre autres concierge, pompiste. Agatha Christie ? Pharmacienne. Le poète T.S. Eliot ? employé de banque, Franz Kafka? employé dans une compagnie d’assurance. Je pourrai faire une longue liste, d'Arthur Conan Doyle (chirurgien) qui en mis en selle le personnage connu de Sherlock Holmes dans ses romans, en passant par Georges Orwell qui était officier de police puis journaliste, pour terminer par les auteurs modernes qui font la une avec des bestsellers.

Elle sera bien longue cette liste mais il faut savoir que ce modèle où on combine à la fois travail et passion, où l’assurance de revenus stables et réguliers nous offre le matelas de sécurité pour s’essayer à d’autres activités et prendre des risques mesurés, il n’est pas limité aux écrivains. Les artistes musiciens emploient aussi ce modèle et on trouve plein d’exemples. Mick Jagger, Elvis Presley, Fergie (Black Eyes Peas), Madonna, Gwen Stefani, Kanye West, Beyonce, Jon Bon Jovi, ...etc. La liste aussi ici est bien longue.

Internet a étendu le champ de ce modèle et ne l'a plus limité aux activités créatives. Si les auteurs avant essuyaient de multiples refus de la part des éditeurs avant d’être publié comme J.K. Rowling qui en a essuyé une douzaine, les choses ont bien changé aujourd’hui. On peut passer par AMAZON KDP et publier son livre ou roman en indépendant. Il n’y a aucune restriction, du moins très peu.

Savez-vous que le roman à succès « Cinquante Nuances de Grey » de E. L. James a été publié en indépendant avant que ce premier succès pousse une maison d’édition traditionnelle à l’approcher ? Il y a plein d’auteurs dans la même situation :  Michael J. Sullivan, Lisa Genova, James Redfield, David Chilton, …etc.

France 24 a consacré en 2016 un zoom à ce phénomène croissant d’auto-édition, en faisant un grand angle sur Agnès Martin-Lugand qui a écoulé en indépendant près de 10 000 exemplaires de son roman à 2,99 euros pour être approché après par les éditions Michel Lafon. D’ailleurs, les maisons d’édition emploient déjà des personnes chargées de repérer ces indépendants qui ont un potentiel de succès.

Les maisons de production font pareil avec les artistes musiciens qui sont repérés grâce à Youtube… Savez-vous que Justin Bieber l’a été grâce à Youtube ? Avery, Mia Rose, Ed Sheeran, Susan Boyle, Cody Simpson, Soulja Boy, The Weeknd, …etc.

Donc, c’est possible de se lancer.

Je l'ai dit, vous n’avez pas besoin de moyens importants pour vous lancer. C’est ça qui est intéressant. Pas besoin de bureau, Pas besoin de stock, Pas besoin d’employés, Pas besoin de sommes importantes,Pas besoin d’enregistrement ou de création d’une S.A., SARL ou autres.

Tout ce qu’il vous faut, c’est une idée et beaucoup plus l’action.

PAR OU COMMENCER ?

Vous voulez commencer MAINTENANT au lieu de renvoyer toujours à plus tard ? Très simple, allez juste lire MON GUIDE GRATUIT pour écrire et publier VOTRE LIVRE à Amazon KDP.

Si vous êtes plus ambitieux et vous vous inscrivez sur la longue durée, donnez une chance à mon livre « TOUT A GAGNER, RIEN A PERDRE » ou à mon cours REVENU+.

Avant de refermer cet article, j'aimerai vous remercier encore d’avoir pu dégager du temps dans votre emploi du temps et vos sollicitations quotidiennes pour lire cette  publication qui, je le sais, va changer votre vie.

N’oubliez pas la devise : TOUT À GAGNER, RIEN À PERDRE.

Vous n’avez rien à perdre en profitant de cette formidable opportunité que nous offre Internet. Au contraire, bien plus à gagner, et surtout, la possibilité de vous lancer un jour en indépendant, indépendant financièrement, indépendant dans la tête, indépendant dans l’action. Qui n’y rêve pas chaque jour ?

BONNE CHANCE À VOUS !