L’expérience continue et la série avance. Pour rappel, les billets publiés dans cette série “Créer Une Boutique” comportent :

Le test pour Shopify a été effectué précédemment. Nous abordons maintenant le test de BigCommerce avec le même canevas de test qui aborde à la fois le fond et la forme.

Pour le fond, on tiendra compte des fonctionnalités offertes, fonctionnalités au niveau du catalogue, du tunnel de vente, de la gestion opérationnelle et des interfaces externes.

Pour la forme, les thèmes graphiques seront balayées, notamment la page d’accueil et la page produit, ainsi que le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout).

Vous pouvez vous référer à “Créer une boutique en ligne : les tests de solutions” pour les détails sur ce canevas avec exemples à l’appui.

Je dois ajouter avec insistance que ce canevas nous guide seulement dans les tests sans toutefois imposer un quelconque schéma ou déroulement du test. En clair, nous ne cherchons pas la correspondance exacte entre le canevas et la solution : nous ne prenons pas la carte pour le territoire.

Nous avons sélectionné treize (13) plateformes pour les tests : Shopify, BigCommerce, BigCartel, Volusion, Storenvy, Cratejoy, 3dCart, ETSY, Sellr et Lemondstand, Create, Squarespace et WixStores.

Si vous  voulez avoir une idée sur la procédure ayant menée à cette sélection, consultez le billet “Créer une boutique en ligne : Comment vendre?”.

Le présent billet aborde le test de BigCommerce qui a été retenue pour la formation BOUTIQUE+, qui permet à un débutant de se lancer dans le commerce en ligne.

Un Résumé du test pour les plus pressés

BigCommerce est une solution B2C (Business To Consumer) destinés à tous ceux qui veulent créer une boutique en ligne.

Elle occupe la seconde place en tant que solution de création de boutiques en ligne, si on s'en tient aux statistiques d’usage des solutions d’e-commerce de la société BuildWith...

BigCommerce a trois plans tarifaires mensuels fonction de fonctionnalités offertes :

  • Standard (29,95 USD),
  • Plus (79,95 USD)
  • & Pro (249,95 USD).

BigCommerce, à l’image de Shopify, offre aussi toutes les fonctionnalités requises pour créer une boutique en ligne.

Comme plus, on peut apprécier la richesse des fonctionnalités offertes pour créer un catalogue. C’est l’une des plus abouties que j’ai vu jusqu’ici.

Sa bonne prise en charge des questions fiscales, notamment des taxes peut être indispensable avec la croissance de votre boutique.

Autre plus important, la richesse des options offertes pour les animations commerciales, comparativement à Shopify qui n’offre que les réductions comme seule option. BigCommerce offre des bannières, réductions, codes coupons, marketing par mail, Google Ads..etc.

Les applications disponibles dans sa boutique sont organisées par thèmes. Ce qui facilite la recherche pour un primo-commerçant.

On doit aussi noter la qualité de l’interface de configuration ou de personnalisation des thèmes graphiques, l’une des plus abouties.

Comme hic, on doit noter aucune option offerte pour les ventes incitatives, comme Shopify. Un des talons d’Achille de BigCommerce : pas de fonctionnalité native pour le paiement. L’intégration par un prestataire externe a un coût, qui peut parfois challenger les frais de souscription mensuels, comme la solution Authorize qui vous demande 25 USD par mois! Rien à ajouter en dehors de ça.

Les coûts cachés portent en premier lieu sur l’intégration d’une solution de paiement. Cela coûte cher, que ce soit Paypal ou Authorize, vous allez mettre les mains à la poche. Il faut aussi compter environ 160 USD pour un thème graphique professionnel.

Passons donc au test proprement dit.

Première étape du test : la souscription à la période d’essai gratuite.

BigCommerce, comme la majorité des solutions de création de boutiques en ligne, vous offre une période d’essai gratuite, pour apprécier les fonctionnalités.

C'est visible sur sa page d'accueil et je m'empresse de cliquer à "Start your free trial" et comme d'habitude, on me demande mon adresse mail. Ce que j'empresse de remplir.

Une fois l’adresse mail inscrite et validée, des détails me sont demandés pour créer la boutique pour le test. Je me résous à reprendre les mêmes informations du précédent billet sur Shopify

Quelques informations apparemment anodines me sont demandées : si j’ai un site déjà existant, dans quel secteur je souhaite opérer, par quel canal je vendais mes produits avant…

Je sais que toutes ces informations alimentent une base de données pour un bon ciblage lors des campagnes publicitaires. Mais ça, ce n’est pas mon problème du moment.  Je veux juste créer la boutique pour le test.

Une fois la validation faite, je reçois un mail d’accueil, avec les identifiants d’accès au tableau de bord…

Après avoir recueilli ces informations, je peux accéder au tableau de bord très très ergonomique…L’insistance en vaut la peine!

Il y a un certain nombre d’actions qui sont proposées à la partie centrale du tableau de bord. Ce qui me laisse supposer que si ces actions sont proposées, cela veut tout simplement dire que ce sont les actions de base pour lancer sa boutique en ligne.

On a ainsi :

  • Ajout de produit (“Add Products”) : c’est effectivement la base de toute boutique en ligne. Sans produit, pas de vente, pas de client.
  • Personnalisation du thème (“Customize your Online Store”) : il faut naturellement choisir un thème graphique qui “parle”, comme les professionnels disent, bien que je n’ai pas encore trouvé une explication commune de ce qu’on entend par cette expression.
  • Revue et test de la boutique (“Review & test your store”): Pas besoin de détails. C’est une option de test de la boutique avant le lancement officiel.

A la suite, il y a une série de “FAQ”, Foire Aux Questions, pour vous accompagner.

Tous ces liens vous mènent à la documentation de BigCommerce richement dense et bien structurée.

Par contre, qui a le temps d’aller parcourir et lire ces mines d’informations? Mieux vaut opter pour cette approche où des liens sont introduits pour des problèmes spécifiques ou des questions fréquemment posées.

A la suite, il y a des tutoriels vidéos pour vous accompagner, liées notamment au trafic, car après tout, une fois la boutique installée, il faudra bien attirer du public et enregistrer les premières commandes.

Toutes ces actions de base sont contenues dans le menu, qui regroupe l’ensemble des fonctionnalités de BigCommerce.

Vous avez ainsi pour le Menu :

  • Dashboard” qui vous ramène à la page d’accueil du tableau de bord quelque soit l’endroit où vous vous trouvez.,
  • Orders” qui regroupe les fonctionnalités pour gérer les commandes,
  • Products” pour gérer vos produits,
  • Customers” pour les clients,
  • Storefront” pour la configuration de la partie “contenu” du site, le fond et de la partie graphique du site, la forme,
  • Marketing” sûrement pour gérer les promotions et les actions commerciales.
  • Analytics” pour les statistiques,
  • Channel Manager” pour ajouter d’autres canaux de vente,
  • Apps” pour intégrer les applications externes,
  • Store Setup” pour tout ce qui concerne les configurations.

Voilà en bref tout ce qui concerne le menu.

Nous allons aller en détail et relever les fonctionnalités couvertes. Seulement, nous allons mettre cela en parallèle avec notre canevas de test.

Nous avions dit que ce canevas de test portait sur le fond et la forme.

Pour le fond, fonctionnalités au niveau du catalogue, du tunnel de vente, de la gestion opérationnelle et des interfaces externes.

Pour la forme, les thèmes graphiques, notamment la page d’accueil et la page produit, ainsi que le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout).

En balayant ce menu suivant le canevas, ça me donne ceci :

Il ne me reste plus qu’à forer chaque menu…

Les fonctionnalités liées au Catalogue

Le modèle de base du canevas de test, pour le catalogue donne ceci :

Après un balayage des fonctionnalités liées au catalogue à BigCommerce, je me retrouve avec le tableau suivant :

Les fonctionnalités liées au Catalogue à BigCommerce

Les fonctionnalités de base y figurent, tout comme Shopify.

A cette allure, je me demande bien ce qui fait la différence entre toutes ces solutions, si ce n’est des fonctionnalités nommées différemment, ou regroupées différemment, tout cela dosé avec un zeste de marketing et de publicités.

Le seul bémol porte sur l’absence de fonctionnalités pour les ventes incitatives.

Néanmoins, BigCommerce offre un menu très varié et beaucoup de flexibilité dans la configuration.

Tenez, jetez un coup d’œil à la fonctionnalité “Ajout d’un produit” pour avoir une idée :

La fonctionnalité “Ajouter” un produit dans BigCommerce, avec plusieurs champs d’information disponibles pour un produit

Cette richesse dans la personnalisation en fait un adversaire de poids pour Shopify. Si votre boutique dispose d’un catalogue bien fourni, BigCommerce a tous les atouts pour vous satisfaire.

Les fonctionnalités liées au Tunnel de vente

Le modèle de base du canevas de test  pour le tunnel de vente donne ceci :

Après survol des fonctionnalités à BigCommerce, je me retrouve avec ceci :

Les fonctionnalités liées au Tunnel de vente à BigCommerce

Ce point sur le tunnel de vente est bien critique pour moi.

Quelque soit les articles, tutoriels ou vidéos de formation disponibles sur Internet, il y a deux (02) thèmes qui me semblent être traités légèrement au regard de leur importance : le paiement et les taxes.

C’est derrière le paiement que se cache la fraude, le cauchemar des commerçants en ligne. Les frais de paiement retenus par les intermédiaires sont aussi un autre casse-tête. Avec des taux oscillant entre 2 et 4% de la valeur de la transaction, vos marges sont plus réduites. Il faut toujours tenir compte de ce que va coûter l’intégration de votre boutique avec une solution de paiement.

Sans compte que ces solutions de paiement n’acceptent pas souvent les inscriptions ou les paiements venant de certains pays. Il faut donc jeter un coup d’œil à la couverture géographique et si les taux des commissions sont appliqués différemment d’un point à l’autre du monde.

Jetez un coup d’œil à ce que cela vous coûte en intégrant la solution de paiement Authorize et BigCommerce…Près de 25 US Dollars par mois, sans compter des commissions par transaction. C’est ce que j’ai appelé des “coûts cachés” dans mon précédent article, ce que vous déboursez une fois dans la plateforme.

La page de création de compte pour l’intégration de Authorize avec BigCommerce

La question des taxes est un autre épineux problème. Si votre boutique monte en puissance et que vous faites des chiffres, vous serez tôt ou tard confronté aux questions fiscales.

Mieux vaut amorcer les choses tôt, sous peine d’avoir le fisc du pays où vous réalisez de gros chiffres. C’est préférable de configurer cela dès le départ pour éviter toute ambiguïté le moment venu.

On peut au moins se réjouir que BigCommerce offre à la fois des fonctionnalités intuitives de configuration et une documentation complète. Et en plus, une intégration avec Avalara, un pionnier dans l’automatisation de la collecte des taxes. D’autres applications sont disponibles dans la boutique de BigCommerce pour cette fonctionnalité de collecte des taxes.

Le menu de BigCommerce où vous pouvez créer ou modifier plusieurs types de taxes.

Un autre point non mentionné plus haut porte sur la logistique.

Si vous vendez un produit physique, une fois la commande confirmée par le client, il faudra faire du conditionnement ou emballage (packaging), expédier le produit par route, train, avion ou mer en fonction de l’adresse de livraison du client (shipping).

Tout cela a un coût et surtout, il faudra veiller à ce que l’adresse de livraison soit bien correcte, pour éviter des dépenses inutiles. De même, en cas de retour du produit, vous allez devoir encore mettre la main à la poche.

Mon choix d’opter pour un produit “non physique” est de fuir ce problème…

Les fonctionnalités liées à la Gestion opérationnelle

La gestion opérationnelle porte sur les fonctionnalités liées au “back-office”, l’arrière-plan de la boutique, par opposition au “front-office”, l’interface directe avec le client.

Dans un restaurant, le “front-office” correspond à tout l’espace où vous dégustez de succulents mets, tandis que l’arrière-plan est la cuisine où il y a des cuisiniers s’affairant tout transpirant pour épurer la longue liste des commandes qui tombent sans discontinuer.

Pour rappel, le modèle de base pour la gestion opérationnelle nous donne ceci :

BigCommerce nous offre ceci :

Les fonctionnalités liées à la gestion opérationnelle à BigCommerce

BigCommerce, comparativement à Shopify, offre plus d’options en terme d’animations commerciales : bannières, réductions, codes coupons, marketing par mail,..etc. Pour le reste, la gestion opérationnelle est très  bien prise en charge.

Le menu pour gérer les animations commerciales à BigCommerce

Passons maintenant aux fonctionnalités liées aux interfaces.

Les fonctionnalités liées aux interfaces externes

Aucune solution d’e-commerce ne renferme toutes les fonctionnalités de gestion d’une boutique en ligne bien complexe au fur à mesure que la boutique évolue.

En dehors des ventes, de l’activité commerciale, des commandes ou facturation, il faut gérer les expéditions, les stocks, la comptabilité, la fiscalité, l’administration et les ressources humaines quand le personnel s’ajoute.

Plus le temps passe et si la boutique est en croissance, ces différentes tâches se complexifient et il est impossible à une solution d’e-commerce de couvrir convenablement ces tâches.

C’est la raison première pour une solution e-commerce d’ouvrir son système pour permettre à d’autres applications ou systèmes d’interagir avec elle. Ce qui permet de palier ce manque de fonctionnalités qui peut apparaître à un moment donné. C’est cet aspect qui est regroupé sous le vocable “interfaces externes”.

Le modèle de base se présente ainsi :

BigCommerce nous offre ceci :

Les fonctionnalités liées aux interfaces externes à BigCommerce

Il faut noter que l’ajout des canaux ne vous dispense pas de remplir les conditions requises pour vendre sur ces canaux.

En clair, si vous voulez vendre à Amazon et qu’Amazon requiert des frais de souscription pour vendre sur sa plateforme, vous devez remplir cette formalité.

Pour ajouter Amazon comme canal de vente, vous devez disposer d’un compte “Vendeur Professionnel” à Amazon qui coûte pour le moment 39 EUR par mois…

Autre chose, il faut noter que la boutique d’applications est organisée intuitivement, en fonction de l’objectif que recherche le e-commerçant comme avoir plus de trafic sur sa boutique, améliorer le taux de conversion ou encore la gestion des opérations courantes.

Cela facilite la recherche et la sélection.

La boutique d’applications est organisée par collections et catégories

Abordons maintenant les fonctionnalités liées à la forme fort importantes pour une boutique en ligne.

Les fonctionnalités liées à la forme : page d’accueil & page produit

Les questions graphiques sont regroupées dans un seul menu par BigCommerce : “Storefront" pour le thème graphique et l’organisation des contenus.

"Storefront" permet créer autant de pages web que vous le voulez pour votre boutique en ligne, ainsi qu’un blog.

Page de personnalisation du contenu à BigCommerce

"Storefront" vous permet aussi de choisir un thème graphique pour votre boutique, d’éditer la page d’accueil, un logo ainsi que des modèles de mails à envoyer aux clients lors événements comme une commande, une livraison ou autres.

Page de personnalisation de l’aspect graphique

Il existe une boutique avec des thèmes graphiques gratuits et payants. Comme d’habitude, les gratuits sont bien austères avec moins de liberté dans le choix que les thèmes payants. Les prix tournent autour de 170 US dollars. Il faut noter que vous avez aussi la possibilité d’importer un thème.

Une fois le thème choisi, vous pouvez le personnaliser à volonté.

Page de personnalisation du thème graphique choisi

Je dois avouer que BigCommerce offre une interface de personnalisation très poussée avec tous les détails revus : typographie et icônes, en-tête, boutons, logo, icônes de paiement, de réseaux sociaux, ..etc. C’est l’une des qualités de cette plateforme.

Pour rappel, la page d’accueil “modèle” se présente ainsi :

Autre rappel, pour la page produit “modèle”, on a ceci :

Il n y a aucun problème à ce niveau. Pour le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout), aucun problème aussi. D’ailleurs, il y a possibilité de personnalisation de la phase de règlement.

Pour conclure...

Résumons tout ce que nous avons abordé jusqu'ici.

BigCommerce, à l’image de Shopify, offre aussi toutes les fonctionnalités requises pour créer une boutique en ligne.

Comme plus, on peut apprécier la richesse des fonctionnalités offertes pour créer un catalogue. C’est l’une des plus abouties que j’ai vu jusqu’ici. Sa bonne prise en charge des questions fiscales, notamment des taxes peut être indispensable avec la croissance de votre boutique.

Autre point plus important, la richesse des options offertes pour les animations commerciales, comparativement à  Shopify qui n’offre que les réductions comme seule option. BigCommerce offre des bannières, réductions, codes coupons, marketing par mail, Google Adwords..etc. Les applications disponibles dans sa boutique sont organisées par thèmes, ce qui facilite la recherche pour un primo-commerçant. On doit aussi noter la qualité de l’interface de configuration ou de personnalisation des thèmes graphiques, l’une des plus abouties.

Comme hic, on doit noter aucune option offerte pour les ventes incitatives. Un des talons d’Achille de BigCommerce : pas de fonctionnalité native pour le paiement. L’intégration par un prestataire externe a un coût, qui peut parfois challenger les frais de souscription mensuels, comme la solution Authorize  qui vous demande 25 USD par mois! Rien à ajouter en dehors de ça.

Abordons une autre solution de création de boutique en ligne : BigCartel. Ce sera l’objet du prochain billet.