J’ai gagné 10 000 euros en une journée”,“Comment je gagne XXX euros par jour en étant à la plage”,…etc.

Ce genre d’annonces pullulent sur Internet et séduisent nombre d’internautes.

C'est ce genre d'annonces qui m'a amené à créer mon premier blog en 2008. C’était sur Blogger, la plateforme de Google. Je le croyais difficile mais une fois après avoir créé mon adresse mail dans Gmail, cela a été facile et j’ai pu avoir sous les yeux mon premier blog.

Un début par Adsense...

J’étais heureux d’avoir pu franchir ce premier cap, le plus difficile je pensais. Il est vrai qu’à l’époque j’étais étudiant et aficionado du Net, j’y passais le plus clair de mon temps à lire les succès de ces blogueurs qui vous narguaient en présentant les chèques envoyés par Google : ils gagnaient de l’argent grâce à Adsense, l’outil de monétisation du trafic de Google. C'était le principal moyen pour gagner de l'argent sur Internet à cette époque.

En s’abonnant à Adsense, ce qui était facile à partir de votre tableau de bord dans Blogger, vous aviez la possibilité de placer des annonces (proposées par Google) à l’intérieur de votre blog et, suivant le volume de votre trafic et les clics sur ces annonces, de gagner beaucoup d’argent. Quelques clics et la porte du coffre-fort était à ma portée… C’est ainsi que je voyais les choses, rêvant déjà de vacances au soleil entourées de jolies filles…

Le menu de paramétrage d’Adsense à Blogger

Mais la réalité a été autre : après six (6) mois de blogging et une consultation frénétique et journalière de mon compte Adsense, je n’ai pas pu dépasser 1 euro, oui 1 euro. Je suis tombé des nues. J’ai commencé à me demander ce qui n’allait pas alors que je publiais du contenu dans le blog, j’écrivais régulièrement, je faisais des recherches, je collectais des données, je lisais des livres, articles, etc.

Tout ça pour ça ! Et puis le découragement s’est emparé de moi. Je me demandais comment on peut recevoir des visiteurs sur son site et ne pas gagner d’argent. En fait, je recevais une centaine de visiteurs par mois. Et voilà qu’en faisant des recherches pour comprendre pourquoi je ne gagnais pas du tout, je tombe sur le billet d’un blogueur qui parle d’un trafic d’au moins 10 000 visiteurs par mois pour espérer gagner quelques euros…

Ces recherches étaient ciblées sur le blog SmartPassiveIncome de Pat Flynn qui avait l’avantage de présenter mensuellement un rapport détaillé de ses revenus.

J'ai donc constaté qu’il déclarait avoir gagné la bagatelle somme de plus 83 000 US dollars pour le seul mois de Mai 2014, avec un rapport détaillé que vous pouvez lire ici.

En faisant un détour par une recherche à Google, j'ai constaté que la dernière fois où il s’excitait pour les revenus par Adsense, c’était en Janvier 2011!

Alors, je me suis dit qu’il fallait jeter un coup d’œil sur la part des revenus Adsense sur les plus de 83 000 US dollars gagnés au mois de Mai 2014…

Je voyais bien 2 373 US dollars environ pour Adsense, soit environ 2.84% sur l’ensemble des revenus générés par son site. Même pas 3%!

Autre chose importante, je ne trouvais même pas une publicité Adsense sur son blog, Smartpassiveincome! Ce revenu, il le gagnait par le truchement d’un autre site qu’il administrait : SecurityGuardTraining. Il ne trouvait pas intéressant de saturer son blog avec des annonces qui pouvaient exaspérer le lecteur…

En considérant que je voulais aussi gagner 2 373 US dollars de revenus Adsense, je devais au moins atteindre le niveau de trafic de SecurityGuardTraining…

On est à 70 000 visites pour le mois de Mai 2014 pour un revenu de 2 373 US dollars, cela fait environ 0.034 US dollar par visite.

Donc si j'étais chanceux comme Pat Flynn avec ses 70 000 visites, j'aurais ainsi ainsi vos 2 373 US dollars, soit 1 743 euros. Si j'étais à 100 visiteurs journaliers et donc 3 000 visiteurs mensuels, j'aurais 100 US dollars soit 73 euros. Même à 10 000 visites mensuelles, j'aurais été à 249 euros. Si j'étais chanceux !

Chanceux parce que SecurityGuard avait l’avantage de bénéficier de l’audience du blog de Pat Flynn.

Donc, SmartPassiveIncome faisait la promotion de ce blog à son audience très élevée, à plus de 2 200 000 pour le seul mois de Mai 2014.

Si Adsense ne représentait que 3% des revenus de Pat Flynn, les 97% étaient obtenus comment? Tout simplement par l’affiliation, la vente de livres, cours, applications, sponsoring

J’ai donc mis un terme à mes rêves de gagner de l’argent par Adsense. Mais mon rêve de gagner de l’argent sur Internet était toujours présent.

La suite par Wordpress

Comme je constate que la majorité des blogueurs passent par la vente de livres et cours, les applications, le sponsoring et l'affiliation pour gagner de l'argent, j'envisage donc cette possibilité.

Mais après moult recherches, je comprends qu'il m'est impossible de mettre cela en pratique sous Blogger. Naturellement, je m'oriente vers Wordpress qui était l'alpha et l'oméga de tout blogueur. Je crée donc mon blog sous Wordpress.com ; C'était ce qui était demandé à l'époque pour apprendre à maîtriser la plateforme tout en construisant une audience. C'était en 2014.

Ce blog, https://bloggeurpro.wordpress.com, est toujours disponible. Mais fin 2015, je constate qu'il m'est impossible d'intégrer les extensions Wordpress qui permettent de transformer Wordpress en boutique en ligne, pour vendre mon premier livre qui était déjà disponible.

Conséquemment, je m'oriente vers un hébergeur pour mettre en place mon tout premier site personnel, dpetga, qui sera disponible fin 2016.

Dans la même lancée, je publie mes premiers livres dans ce blog grâce à Selz, une extension Wordpress. Je publie aussi  sur Amazon KDP.

Et après, j'attends calmement les ventes.

Ce qui n'arrive pas du tout dans mon blog.

Je n''y comprends alors que j'enregistre des visites...

Du côté d'Amazon KDP, j'observe, certes quelques ventes, mais le rythme me fait comprendre qu'il ne faut pas trop miser de ce côté...

Dans ces conditions, en bon proentrepreneur, je ne me décourage pas et j'essaie de comprendre ce qui ne vas pas.

C'est le résultat de cette analyse que j'ai publié sous le titre "99% des WEB ENTREPRENEURS échouent à cause d'UNE SEULE CHOSE" que vous pouvez lire en CLIQUANT ICI.

La même analyse me pousse à comprendre que WORDPRESS n'est pas adapté pour mes ambitions.

Le choix de KAJABI

Ce qui décourage une grande partie de ceux qui veulent entreprendre sur Internet, c'est le volet technique, qui leur semble trop compliqué et surtout qui leur inspire une peur non justifiée.

Les mêmes questions reviennent : comment créer un site internet, comment mettre mon produit en ligne, mon livre en ligne, mon cours en ligne, ...etc.

La recherche d'une solution TOUT-EN-UN pour gérer tout mon business en ligne m'a poussé vers deux solutions :  PODIA et KAJABI.

J'ai déjà expliqué comment créer son business en ligne en UNE HEURE avec PODIA. Vous pouvez lire cet article en CLIQUANT ICI.

J'aurai pu choisir  PODIA mais j'ai fait le choix de KAJABI pour ses fonctionnalités avancées de personnalisation. Si vous voulez jeter un coup d’œil en vidéo sur KAJABI, CLIQUEZ ICI.

Proentrepreneur est donc l'aboutissement de ce long parcours et je suis satisfait des résultats actuels.

Alors, la question que vous devez vous poser est celle de savoir la suite.

Quelle suite ?

Lorsque j'ai commencé à bloguer, la mode était à la diabolisation du travail. Les blogueurs dans une large majorité vous conseillaient carrément d'abandonner votre boulot pour créer votre blog.

Pour arriver à leurs fins, ces blogueurs mettaient en scène un style de vie en présentant des photos où ils se pavanaient à la plage et vous orientant tout en bas vers une « formation » ou un « livre » où il était question de vous montrer le « secret » qui leur a permis de se « libérer » de leur boulot et d’être « indépendant » financièrement.

Ce style de vie, dans l’imaginaire, anime naturellement tout être humain. Tout le monde rêve de ne plus être soumis aux difficiles horaires de boulot, tout le monde rêve de ne plus travailler, de gagner d’énormes sommes d’argent, de passer plus de temps à la plage, en famille et surtout de faire vraiment ce que l’on aime comme activité.

Sauf qu'aujourd'hui, les mêmes photos sont là, appâtant d'autres crédules qui viennent s'ajouter à la longue liste de "libérés" du boulot qu'on ne voit pas, sauf ces entrepreneurs de l’imaginaire qui florissent bien dans leur business.  Vous voyez les mêmes aujourd’hui et trois ans plus tard, vous les revoyez revendant leurs mêmes sauces, sans que personne ne se pose la question de savoir comment un secret diffusé n’a pas permis l’éclosion d’autres indépendants, d’autres « libérés » du boulot.

Si vous doutez de ce que j'écris, je vous conseille d'aller lire les mentions légales de ces formations.

Ces formateurs dégagent leur responsabilité du résultat de votre formation. La même retenue n'est pas observée lorsqu'il y a promotion de la formation.

D'un côté, je comprends un peu ces formateurs. Vous n'avez qu'à expérimenter avec deux titres "Comment gagner de l'argent sur Internet" et "Comment j'ai gagné 100 000 euros en 10 jours sur Internet".  C'est évidemment le deuxième titre qui recevra des centaines de milliers de visiteurs. Mais là, généraliser au point de demander à une personne de quitter son boulot alors qu'on s'est déjà protégé juridiquement s'il se plaint...

C’est la raison pour laquelle je recommande toujours à ceux qui veulent bloguer ou entreprendre sur le web de ne jamais abandonner leur boulot s’ils en ont un, contrairement aux "autres" qui le conseillent.  

Mais il y a bien un moyen d'abandonner, mais pas comme certains le présentent.

En règle générale, la majorité des web entrepreneurs commencent par des produits d'information, que ce soit un eBook ou un cours en ligne, comme je l'ai toujours recommandé.

Lorsque vous n'êtes pas connu, il faut au moins un support qui permette d'apprécier votre expertise, vos connaissances. Donc c'est par le livre qu'on commence toujours. Et après, on évolue vers le cours.

Même les cadors comme  Dan Kennedy, Ryan Deiss, Frank Kern, Todd Brown, Russell Brunson ou encore Ezra Firestone ont plus ou moins emprunté cette voie. Et c'est la meilleure voie pour gagner en notoriété.

Mais il arrive à un moment ou il faut mettre en place un système qui permette d'avoir des revenus réguliers et passifs, des revenus qui n'ont plus besoin de votre présence physique ni d'un effort soutenu de votre part.

Et c'est là où les chemins divergent.

QUEL CHEMIN PRENDRE ?

Comment créer un business pour avoir des revenus réguliers et non attendre qu'un client vous paie ponctuellement pour votre livre ou votre cours ?

Si vous êtes propriétaire d'un journal avec 100 000 abonnés qui vous règlent 10 euros chaque mois, vous pouvez dormir tranquille si les charges sont bien inférieures aux revenus, cela vous fait des revenus réguliers et passifs tous les mois. C'est le Saint Graal pour tout proentrepreneur.

Dans ces conditions, plusieurs web entrepreneurs, à la quête de ce Saint Graal, emploient des voies différentes.

Il y a ceux qui optent pour la création d'agences qui offrent formations, consulting et coaching. C'est le cas de Ryan Deiss qui, après sa réussite en tant que web entrepreneur, a fondé DigitalMarketer, ou encore Dan Kennedy avec GKIC...

Il y a d'autres qui sont restés dans les produits d'information et font les mises à jour chaque année de leurs différents produits, comme Frank Kern, Derek Halpern, Tai Lopez ou Jeff Walker... C'est vrai qu'ils ont une équipe, font parfois du coaching ou du consulting mais ils ont tout centré sur leur personnalité. Ce qui n'est pas une mauvaise chose aussi.

Il y a aussi des web entrepreneurs qui ont créé des groupes d'entraide et de coaching, les fameux "Mastermind", comme Todd Brown, ou qui créent des lettres d'information comme Ben Settle... Là encore, c'est du travail intense comme en agence, où il est difficile de quitter la scène.

La dernière catégorie est celle qui a ma préférence... Les web entrepreneurs qui créent des startups, qui proposent un logiciel né de leurs expériences dans le domaine, comme Russell Brunson avec ClickFunnels, ou encore Nathan Barry avec Convertkit...

Honnêtement, ce sont mes principaux modèles : Russell Brunson et Nathan Barry. Et leur succès ne cesse de m'encourager dans la mesure où aucun d'eux n'a eu recours aux fonds des VC (Venture Capital).

Cette voie a ma préférence car elle épouse bien le "barbell strategy" de Nassim Nicholas Taleb, qui est mon auteur préféré. Pour faire simple, le "barbell strategy" consiste à investir une infirme part de ses ressources dans des investissements qui "payent gros", des investissements dits "très risqués". Si vous avez une perte, cela ne vous affecte pas car vous avez misé très peu. Mais si c'est rentable, vous pouvez vous retrouver avec l'exponentiel de votre mise. C'est la caractéristique d'une startup.

Conséquemment, je vais suivre aussi cette voie en lançant dès 2019 une startup pour le moment nommée "Proentrepreneur" qui répliquera exactement le modèle de KAJABI, pas aussi abouti car il faut bien commencer. Je vais me servir de Stripe Atlas pour créer la startup et je vais faire un compte rendu hebdomadaire de mes expériences dans ce blog.

Je ne doute pas un instant de ma réussite, comme je ne doute pas un instant des difficultés que je vais rencontrer, ou des erreurs que je vais commettre. Cela fait partie du processus.

Dans tous les cas, si vous entreprenez sur le web, pensez toujours à votre porte de sortie. Cela peut passer par l'immobilier, la détention d'actions  de sociétés, la création d'une agence ou d'une entreprise.

L'important est de générer des revenus passifs, pour vous permettre d'être indépendant financièrement et ainsi découpler votre temps de votre revenu.

Ce n'est que par cette voie que vous pourrez envisager quitter votre boulot. Il y a beaucoup de travail pour y arriver. Et cela est bien loin des mirages de certains charlatans du web qui vous demandent de quitter votre boulot pour je ne sais quoi, alors que vous n'avez créé aucune source régulière de revenus.

Fuyez ces entrepreneurs de l'imaginaire et concentrez vous à construire petit à petit et pas à pas votre chemin vers l'indépendance financière.

Nous avons aussi des guides pour vous accompagner vers l'indépendance financière :

  1. TOUT A GAGNER, RIEN A PERDRE, le livre fondateur de ce mouvement qui vous montre TOUT pour vous lancer,
  2. REVENU+, la version "cours vidéo" du livre,
  3. KAJABI+, pour tous ceux qui ont déjà un produit et souhaite juste avoir une solution technique pour vendre,
  4. BOUTIQUE+ pour ceux qui veulent lancer une boutique en ligne,
  5. SHOPIFY+ pour ceux qui exercent déjà un commerce physique et veulent ajouter un site web comme canal de vente,
  6. AMPLI+ si vous voulez juste partager vos idées, lancer un mouvement, une révolution ou assurer une présence en ligne,
  7. PODCAST+ pour ceux qui sont plus à l'aise devant le micro.

Si vous voulez vous même mettre en place votre site web, il y a des ressources gratuites que vous pouvez utiliser pour cela :

Si par contre, vous voulez tenter l'aventure, entreprendre sur le web sans passer par KAJABI ou PODIA, je vous conseille de lire :

Comme je le répète à tous les proentrepreneurs, Le réel pouvoir, c'est avoir plus d'options.

N'hésitez pas à vous lancer!